Poèmes au basilic et à l’oreiller #7

le choc de me trouver nue sans filet sans t’avoir vue et pourtant reconnue ma peau ne posera aucune question j’ai pour seule mémoire la chair animale…

Poèmes au basilic et à l’oreiller #7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En savoir plus sur Le Livre et la Plume

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Retour en haut