Poèmes au basilic et à l’oreiller #1

fermer les yeux mon intention et respirer sans cri ni heurt comme on s’endort pour partir loin puisqu’ici l’étreinte ne se peut allons là-bas où le …

Poèmes au basilic et à l’oreiller #1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En savoir plus sur Le Livre et la Plume

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Retour en haut