Le pain, la pomme et les poèmes #65

il faudrait que je ne dise pas non plus qu’à la lisière de ma nuit j’ai crié fort si fort qu’un aigle m’est apparu  ton nom il m’a entendu le crier …

Le pain, la pomme et les poèmes #65

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En savoir plus sur Le Livre et la Plume

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Retour en haut