La morsure de l’hiver — L’atelier peinture de Christine

”-. À mesure que l’hiver s’avançait, le temps devenait plus rude et les gens plus affamés et plus pauvres. Et comme les émigrés affluaient à Paris en nombre croissant, les bijoutiers payaient des sommes toujours plus faibles. Evgenia vendit le 1er décembre sa dernière paire de boucles d’oreilles, et elle fut horrifiée du peu qu’on […]

La morsure de l’hiver — L’atelier peinture de Christine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En savoir plus sur Le Livre et la Plume

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Retour en haut