La couvade — L’atelier peinture de Christine

”-. Tout à coup, un Indien se mit à gémir, le teint vert et les narines frémissantes, accablé de tous les mots de l’enfer. Il se jeta sur le hamac, alangui et souffreteux, tandis que toute la tribu venait lui prodiguer caresses et paroles réconfortantes. Puis on lui apporta du bouillon de tortue, et il […]

La couvade — L’atelier peinture de Christine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En savoir plus sur Le Livre et la Plume

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Retour en haut