« Respectons Dame Faucheuse qui éternellement va les chemins sans se plaindre de son sort. Un tel métier pourtant n’est pas une vie, ravir les morts aux vivants quel qu’en soit le prix ! » Ainsi parlait le sage méditant très fort.  » Allons donc l’ami, sans son office nous serions trop nombreux à danser dessus la terre et non dessous, notre Gaia n’en supporterait pas les coups. Pourquoi la Mort se plaindrait-elle d’une tâche si essentielle ?  » répondit le fou. La Camarde fine mouche rôdait en ce lieu, à ces mots elle ne fit donc ni une ni deux et du sage comme du fou elle s’empara, se plaignant au passage du grand poids du sage et du grand vide du fou, à moins que ce ne fut l’inverse, qui de son attelage déséquilibrait le tout !


un petit billet de ma composition !

Aujourd’hui on fête les Martial. L’Église a longtemps soutenu la légende qui veut que Saint Martial , ou Martial de Limoges, ait rejoint Jésus Christ vers l’âge de 15 ans, baptisé lui aussi dans le Jourdain et serait même le garçon évoqué par Matthieu (XVIII,3). Le Christ l’aurait ainsi envoyé évangéliser la Gaule, où il lui aurait appris le martyre de Saint Pierre et de Saint Paul, puis plus tard sa propre mort. On lui prête nombre de miracles vivant comme mort. Historiquement, les fouilles archéologiques ainsi que d’autres textes le font apparaitre au III ème siècle. Selon la tradition, il serait le premier évêque de Limoges. On l’appelle aussi l’apôtre des Gaules ou encore l’apôtre d’Aquitaine.


Remise du bâton de Saint Pierre (détail) voutain est e la chapelle de St Martial - Palais des Papes - Avignon Il est assez délicieux de constater qu'un prénom païen, référence directe au dieu de la guerre Romain : Mars, ait été porté par quelqu'un autour duquel on a bâti plusieurs légendes. Il devait falloir… Lire la suite Aujourd’hui on fête les Martial. L’Église a longtemps soutenu la légende qui veut que Saint Martial , ou Martial de Limoges, ait rejoint Jésus Christ vers l’âge de 15 ans, baptisé lui aussi dans le Jourdain et serait même le garçon évoqué par Matthieu (XVIII,3). Le Christ l’aurait ainsi envoyé évangéliser la Gaule, où il lui aurait appris le martyre de Saint Pierre et de Saint Paul, puis plus tard sa propre mort. On lui prête nombre de miracles vivant comme mort. Historiquement, les fouilles archéologiques ainsi que d’autres textes le font apparaitre au III ème siècle. Selon la tradition, il serait le premier évêque de Limoges. On l’appelle aussi l’apôtre des Gaules ou encore l’apôtre d’Aquitaine.

On fête ce jour les Pierre et les Paul : dans « L’illusion comique » (1636) Pierre Corneille dit : « Que ne fait point l’amour quand il possède une âme ? » et Paul Eluard d’enfoncer le clou dans « L’Amour la poésie » (1929) : « Le front aux vitres comme font les veilleurs de chagrin, je te cherche par-delà l’attente, par-delà moi-même, et je ne sais plus tant je t’aime, lequel de nous deux est absent »


Pierre CORNEILLE ou CORNEILLE L'AÎNÉ ou encore LE GRAND CORNEILLE Paul ÉLUARD (époux de GALA avant DALI !) L'amour est un sujet intemporel, qu'il soit fraternel comme celui des apôtres ou passionnel comme celui de nos poètes, il nous occupe l'esprit, l'âme et le coeur... Bientôt un vers de l'ami Alfred que vous reconnaitrez sûrement...

Satie assistait à une soirée à l’Opéra. Comme les dernières mesures de l’ouverture venaient de retentir, on l’entendit demander d’une voix haute à son voisin : » Comment se fait-il qu’on ait remis des instruments de musique aux spectateurs des quatre premiers rangs ? ».


Erik SATIE Dans 'le bouquin des méchancetés illustré'. Erik SATIE est aussi l'auteur de nombres de bons mots surtout pour son auditoire, beaucoup moins pour ceux qui en étaient l'objet !