À la mode (bien modeste) de Cyrano


Consigne de l’Atelier de Véronik pour le mois de février 2022 – autour du plaisir – En gras et italique le texte original

Dans quelle galère me suis-je embarquée pour tenter de respecter la consigne ? Je n’ai pourtant pas le talent d’Edmond Rostand ! 
Mais je me lance en quémandant votre bienveillance…

Et que faudrait-il faire ?

Chercher
 des mots imposés, telle une purge
Et comme
 le mouton de Panurge
Et
 suit son maître en s’assurant sa protection
Grimper
 dans son estime par une bonne action ?

Non, merci !

Dédier
, comme il est demandé, supplié
Des vers
 bien plaisants à l’Atelier ?
Se changer
 soudain en lèche botte
Dans l’espoir
 d’avoir une bonne note
Naître
 à ses yeux enfin joyeux ?

Non, merci !

Déjeuner
 tout en oubliant de manger
Avoir
 en tête la quête du beau, sans danger
Qui
 m’abaisse, m’ôte tout bonheur ?
Exécuter 
de la sorte mon honneur ?

Non, merci !

D’une main
 écrire, tel un automate, sans penser
Cependant que
 de l’autre, mes plaies je vais panser
Et donneuse
 de joie par nécessité
Avoir
 de la sorte mon nom bien cité ?

Non, merci !

Devenir
 presque heureuse dans cet exercice
Et naviguer
 entre deux eaux, deux matrices
Et
 dans lesquelles je serais malgré moi émerveillée ?

Non, merci !

Chez
 notre chère Dame Véronik
Faire
 tout exprès aux autres la nique ?

Non, merci !

S’aller faire
 en forêt une belle balade
Que
 le soleil lui-même en est malade ?

Non, merci !

Travailler
 seulement à ce projet
Sur
 celui-ci et point d’autre sujet ?

Non, merci !

Ne découvrir
 que par la télé la vie délicieuse
Être terrorisée
 par une météo capricieuse
Et se dire
 d’un jour l’autre, réciter un mantra
Que
 demain sera plus beau et que ce sera extra ?

Non, merci !

Calculer
, chercher, procrastiner
Préférer
 se ruiner en projets mort-nés,
Rédiger
 des listes simplement pour le plaisir ?

Non, merci ! Non, merci ! Non, merci !

Mais…

Chanter
, aimer, valser ou tangoter
Avoir l’œil
 attiré par la beauté
Mettre
 le dimanche après le lundi
Pour un oui
, sourire à ce qui est dit
Travailler
 dans la joie et la bonne humeur
À tel voyage
 que l’on fera dans l’heure
N’écrire
 vraiment que ce que l’on aime
Et modeste
, surtout rester la même
Sois satisfaite
 de tous ces petits riens
Si c’est
 autour de toi ce n’est pas rien
Puis
 quand enfin le bonheur est là
Ne pas être
 tentée de le garder pour soi
Vis-à-vis
 des autres penser au partage
Bref
, bien loin de l’adage
Lors 
même que le soleil se montre
Ne pas
 bouder son bonheur en regardant sa montre !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s