Comme un goût de futur antérieur


Ah! quand l’Homme s’oublie
C’est l’Histoire qui s’affole
Quand il croit vivre sa vie
C’est son âme qui s’envole
Il ne reste que matière sur un monde
Que la Nature tout entière rejette
Et tel un équilibriste immonde
Il ignore celle-ci d’un geste.
Mais si un jour, écoeurés de nos vilainies,
Tous les morts sortaient de leur tombe,
Alors, devant leur tribunal bien fourni
Sûr que nous, on en prendrait Perpette !
Car éternellement le couperet tombe
Et éternellement l’Histoire se répète !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s