Un commissaire pas comme les autres


Jean-Baptiste ADAMSBERG

Bien évidemment je ne vais pas en dire trop, il faut bien garder la surprise de la découverte !
C’est un héros récurrent de Fred VARGAS et un de mes chouchous comme l’auteure d’ailleurs ! J’ose le décrire comme un terrien lunaire (mais oui !) bien enraciné dans la terre et l’eau…

Ondoyant, rêveur, il ne réfléchit pas ! Il ignore ce que c’est, il tente régulièrement de le faire en adoptant la posture des gens qu’il voit réfléchir et… rien ne vient, que du vide ! Epuisant le vide !

Alors comment peut-il donc pour résoudre ses enquêtes ? Il est commissaire tout de même et à Paris qui plus est, ce n’est pas rien !

Bien évidemment il a une équipe, aussi bizarre que lui : son bras droit est une encyclopédie sur pattes, un père attentionné, rigide comme les procédures et fin connaisseur du vin blanc avec lequel il entretient une relation étroite et quotidienne… Les autres membres méritent d’être connus pour d’autres motifs touchant parfois à l’extravagance, sans oublier le chat dormant sur le photocopieur !
Dans un commissariat rien que de très normal, n’est-ce pas ?…

En dehors du travail, il existe quelques proches dont la ‘Petite Chérie’ présente, si j’ose dire, dès la première enquête. Au fil des romans, son cercle s’agrandit…

Il est extrêmement compliqué de décrypter ce caractère tout en rondeur, dont les yeux s’évadent souvent on ne sait où à la surprise de ses interlocuteurs, surtout que lui-même est bien incapable de le dire… Il dessine toujours, seul ou pas, c’est son dada : des portraits, mais la plupart du temps des feuilles d’arbre. il sort se promener sur les quais de Seine sans prévenir, il contemple et marche ou vice-versa…

Un des meilleurs flics de France lui ? Et pourtant…

Figurez-vous que les gens lui parlent, pas besoin de coup de bottin sur la tête (et c’est heureux puisqu’il n’y en a plus !), est-ce sa rondeur ? Sa façon d’être là tout en étant ailleurs ? Ou, à l’inverse, d’être bien là, les yeux dans les yeux ? Allez savoir, on finit toujours par lui parler, même quand les autres interrogatoires ont épuisé ses troupes ! Il ne s’embête pas à jouer au commissaire, sauf cas exceptionnel, il est juste lui.

Là réside son secret : il est souple, adaptable et tout ce qu’on veut, mais, en réalité, il absorbe les autres sans qu’ils en aient vraiment conscience, en douceur, tranquillement, naturellement. C’est le monde extérieur qui s’adapte à Jean-Baptiste et non l’inverse ! Plutôt costaud comme méthode…

Enfin il a un don : il renifle le ‘mal’ comme un Lagotto Romagnolo renifle une truffe ! Il lui manque juste des preuves que son équipe trouve, malgré les fausses pistes et autres rebondissements.
Je n’invente rien, Fred VARGAS se délecte au fil des pages à nous en rajouter une couche pour mon plus grand plaisir !

Donc, c’est quoi ce commissaire ?

Pour moi c’est un quadruple jeu (je) : Fred (fi des convenances !) joue avec nous, Jean-Baptiste joue avec nous, Fred joue avec Jean-Baptiste, Jean-Baptiste joue avec Fred … Si vous le désirez vous pouvez intégrer ce jeu (je) qui devient donc quintuple !
En ce qui me concerne j’ai rejoint le duo VARGAS-ADAMSBERG dès le début, et depuis nous jouons ensemble à chaque roman avec un plaisir sans cesse renouvelé…

3 réflexions sur « Un commissaire pas comme les autres »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s