La couvade — L’atelier peinture de Christine


”-. Tout à coup, un Indien se mit à gémir, le teint vert et les narines frémissantes, accablé de tous les mots de l’enfer. Il se jeta sur le hamac, alangui et souffreteux, tandis que toute la tribu venait lui prodiguer caresses et paroles réconfortantes. Puis on lui apporta du bouillon de tortue, et il […]

La couvade — L’atelier peinture de Christine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s