Rodrigue, as-tu du coeur ? — L’atelier peinture de Christine


Tout autre que mon père l’éprouverait sur l’heure… »-… Puis l’âge vint. Entouré de sa femme et de ses enfants, le comte Rodrigue Diaz de Bivar vieillissait. Parfois, il se rappelait qu’on l’avait nommé le Campeador, le Cid… Il s’en allait chercher Tizona et, polissant la lame damasquinée, il racontait ses combats. Alors, ses rides s’effaçaient, […]

Rodrigue, as-tu du coeur ? — L’atelier peinture de Christine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s