Les charmes d’une croisière sur  »Le Salvador » — L’atelier peinture de Christine


»-. Ce fut le cuisinier du Salvador qui nous fit les honneurs du bâtiment. Un métis d’une cinquantaine d’années, fort comme un Turc, le visage ravagé par la petite vérole, l’oeil dur, la bouche bestiale. Il était vêtu d’un pantalon de toile couvert de cambouis et d’un maillot de corps douteux. En un mot, un […]

Les charmes d’une croisière sur  »Le Salvador » — L’atelier peinture de Christine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s