La bête — l’espace littéraire de La Page et la chambre


Un bouclier de seins, de ventres, d’ongles coupés en pointe, de pieds arc-boutés, de poings serrés, de fronts durcis, de dents, beaucoup de dents, les siennes parmi les autres, une masse de femmes jeunes, vieilles, sans âge, musclées, sèches, rondes, fripées, trapues, bancales, élancées, campées, peaux sombre, petites, déformées, affaissées, peaux laiteuses, lisses, très grandes, […]

La bête — l’espace littéraire de La Page et la chambre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s