Le roi de la basse-cour — L’atelier peinture de Christine


»-. Cela s’appelait le sexage. Les fermiers qui connaissaient leur affaire étaient capables d’examiner un poussin nouveau-né et de déterminer, avec une marge d’erreur de vingt pour cent, si c’était un mâle ou une femelle. Au magasin animalier, les poules sexuées étaient plutôt plus coûteuses. L’option la moins chère consistait à acheter des animaux de […]

Le roi de la basse-cour — L’atelier peinture de Christine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s