« Respectons Dame Faucheuse qui éternellement va les chemins sans se plaindre de son sort. Un tel métier pourtant n’est pas une vie, ravir les morts aux vivants quel qu’en soit le prix ! » Ainsi parlait le sage méditant très fort.  » Allons donc l’ami, sans son office nous serions trop nombreux à danser dessus la terre et non dessous, notre Gaia n’en supporterait pas les coups. Pourquoi la Mort se plaindrait-elle d’une tâche si essentielle ?  » répondit le fou. La Camarde fine mouche rôdait en ce lieu, à ces mots elle ne fit donc ni une ni deux et du sage comme du fou elle s’empara, se plaignant au passage du grand poids du sage et du grand vide du fou, à moins que ce ne fut l’inverse, qui de son attelage déséquilibrait le tout !


un petit billet de ma composition !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s